Les serviteurs du prince Kaldrass


 
AccueilJeuPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Perdue

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Perdue   Mar 26 Fév - 22:32

Il avait des yeux, un corps, illusoires.
Il avait des rêves pleins les mains, des espoirs: beaucoup utopistes, quelques uns à portée de mots.
Il avait l'humour pour seule armure; la fierté comme seule faiblesse et l'entêtement comme seule évidence.

Peu m'importait, ou trop peut-être. Je ne sais pas. Je n'ai jamais su.
Exploiter mes souffrances, mes rêves, ma vie, au profit des autres.

Un échange, c'est ce qu'il réclamait. Pas moi.
Le sens-unique avait toujours été ma raison d'être, la seule manière de fonctionner. Recevoir toujours plus, ne jamais rien céder, pas un pouce de douceur ou de faiblesse.
J'aurais du, je sais.

Mais même cette distance salvatrice ne suffisait pas. J'étais sur la défensive, je maniais un art trop usité, une manière de parler, de lui dire les choses qu'il n'aimait pas ou dont il n'attendait rien.
Il voulait plus mais je n'avais rien à lui offrir.

Mes douleurs avaient toujours été d'une prétention affreuse, d'un fierté, d'une estime de soi trop omniprésentes. Je ne souffrais que par moi-même, parce que le bonheur ne me paraissait pas assez insurmontable. La souffrance était tellement plus belle, plus noble, plus productive. Je n'voulais pas partager, j'étais égoïste, nombriliste au possible. Une manière pour moi de ne pas accepter cet aspect de ma souffrance.

Il me fallait une porte de sortie. Je n'en ai trouvé qu'une: le rire. Rire de tout, faire mal, autant que, dans mon idyllique douleur, on m'avait fait mal.
Je ne voulais plus de ces excuses. On pourrait les comprendre pourtant, lui aussi. Mais, elle sont pâles comparées à d'autres, prétentieuses plus que je ne pouvais l'accepter. Le mystère était tellement plus beau.

Alors j'ai rit, fait mal, comme d'habitude, comme avec eux. Simplement, sans m'arrêter, sans voir la ligne à ne pas franchir, emportée que j'étais dans un terrain si familier. Et j'ai perdu, je l'ai perdu. Lui après tant d'autres. Lui et puis les autres.

J'ai gardé de lui quelques souvenirs, ses souffrances tues, son sourire effacé, sa présence, ses mots. Des milliers de questions aussi. Toute sans réponse.
Et j'ai pleuré. Non, pas que pour lui. Pour cette femme que j'étais devenue. Pour cette âme cruelle et errante, comme il l'avait si bien décrit. Car je n'avais pas d'excuse, j'étais telle qu'aujourd'hui.
J'ai pleuré mes regrets. Des regrets que je n'aurais pas du ressentir, au fond.
J'ai pleuré, encore une fois égoïstement, parce que je ne m'aimais pas en cet instant. Parce qu'il me manquait déjà. Parce qu'une fois de plus, j'avais perdu.

Perdue.
Pardon.
Revenir en haut Aller en bas
-=legolas=-
Brigand
Brigand
avatar

Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Perdue   Mar 26 Fév - 23:15

Il était plein de douleurs, plein de rages, plein de tristesses, plein ….

L’humour était bien sa carapace à lui, il allait la garder, pourquoi ?? Plus l’envie de souffrir.

Crois tu pouvoir percer ma carapace en me faisant souffrir comme tu le fais ?? Crois tu que je veuille te parler si c’est pour encore une fois être brisé … brisé mon cœur qui n’appartient a personne.

Me faire ragé est ton seul amusement, ta façon de me repousser, de te cacher de moi … tu me fuis.
Elle s’amusait … il n’aime pas cela …. elle se cache derrière un sourire … qu’elle le garde.

Le partage la seule chose qu’il lui demandait … rien de plus …. rien de moins.

Tu ne veux pas partager tes peines, tes sentiments, ton cœur avec moi.
Garde tout ça enfui en toi, tu n’auras rien en retour, tu n’apprendras pas a me connaître …. tu seras juste une connaissance, une de plus.

Ne veut plus souffrir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Perdue   Mar 26 Fév - 23:57

Elle pleurait.
Un sourire s'est dessiné.
Goût salé.

Plus d'espoir.
Rien, malgré l'optimisme.
C'était fini.

Renaissance abrupte.
Fleur fanée, feuille morte.
Enfin.

Refermé les portes.
Effacer son sourire.
Trop tard.

Défaite méritée.
Fin acceptée.
Bientôt.

Recroquevillée sur elle-même, sourire pour toujours. Parce que lui n'en voulait pas, parce que sans ça, elle ne serait plus là.
Elle s'est relevé, elle devait. D'autres l'attendait ailleurs. Quelques parts, des morts regrettés, des êtres sans-défense qu'elle pourrait vider de leur sang.
Perdue, l'âme.
Cruauté.

Elle a refermé sa porte.
Message reçu.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Tyria
Pleutre
Pleutre
avatar

Localisation : Perdue dans ses pensées...
Date d'inscription : 04/05/2007

"Carnet de Bord"
Alignement:
Classe:
Niveau d'expression: 0

MessageSujet: Re: Perdue   Jeu 25 Juin - 3:04

Un pied sur terre et l’autre dans le vide, sa vie ne tenait qu’à un fil.
Si facile de franchir les limites, si facile de sauter le pas.
Le doux et funeste baiser de la mort avait bien failli l’emporter, l’effleurant de son empreinte suave et légère.
Quelques instants de plus et elle aurait sombré.
La liberté si proche s’en été allée, lui laissant un sursis, maigre répit attendant une prochaine crise.

Douce mélancolie, elle se sentait si vide, et toujours cette envie d’en finir.
De nature solitaire, sa bulle la protégeait d’un monde qu’elle n’aimait pas,
fuyant la réalité et se complaisant dans cet état de torpeur.
Détestant la nature humaine elle ne vivait plus que dans ses rêves, tragédie et romantisme, tristesse et dépression.

Elle ne supportait plus leurs regards et leurs rires insouciants, leurs masques d’hypocrisie
susceptibles de la poignarder dans le dos à la première occasion.
La paranoïa avait eu raison d’elle, ils étaient tous les mêmes.
Ne voulant ou ne pouvant la comprendre, elle ne retenait plus leur attention.
Elle avait surement grandit trop vite et pouvait tout de suite les cerner.
Leurs faux sourires trahissaient leurs pensées.

Fatiguée de vivre elle regardait le temps passer, se détruisant un peu plus chaque jour
à essayer de trouver un sens à son existence.
Cela n’apportait rien de bon de rester au fond de ce gouffre à s’apitoyer sur son sort,
à se renfermer sur elle-même.
Elle en avait bien conscience, mais plus la force de lutter contre cet état qui la vidait de toute énergie.

Lui avait eu la patience de l’écouter et la force pour essayer de la comprendre.
Elle lui avait tout avoué sur ses funestes pensées et ses mauvaises actions.
La souffrance l’avait gagné, maltraitant son cœur et elle en était désolée.
En se faisant du mal elle en faisait aux autres, mais surtout à lui
et elle ne supportait pas cette douleur, qui lui arrachait le cœur.
Ils s’étaient séparés mais l’amitié leur avait été donnée.

Le temps s’est écoulé, séchant les larmes qui jadis inondaient son visage.
Une émotion extrêmement violente lui a fait prendre conscience des ses actes passés.
Ses problèmes n’étaient que des futilités et son état d’anéantissement l’aveuglait.

Elle changerait, elle l’avait décidé.
Parce qu’elle ne voulait plus être cette âme errante qu’elle était devenue.
Elle a pris la main qu’il lui tendait et commencé à grimper sur cette échelle qui menait à la lumière,
quittant ce gouffre et son malheur. Son regard sur le monde a changé,
elle a commencé à sourire puis s’est mise à rire.
Parfois hantée par des cauchemars elle ne souhaite qu’une chose c’est oublier.
Sauver une vie n’a pas de prix et elle ne pourra jamais le remercier pour ce qu’il a accompli.

Ce soir elle est venue à lui, au nom d’une amitié qui comptait énormément à ses yeux.
Cela faisait quelques temps qu’ils ne s’étaient pas revus.
Il ne désirait plus lui parler ni s’ouvrir alors qu’elle était prête à l’écouter et à l’aider à son tour pour soulager ses peines.

Lui faisant comprendre que le temps avait eu raison de cette amitié, il a prit le large,
la laissant sur un rocher, entourée de vagues de remords et de culpabilité.
Une lame froide et acérée a transpercé soudainement son cœur.
Une plaie béante qui ne veut plus se refermer.

La monnaie de sa pièce, à son tour de souffrir comme elle le mérite.

Adieu mon ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Perdue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Perdue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quête de la femme perdue
» La Compagnie perdue
» Destination voyage : à la recherche de la quête perdue !
» photos perdu sur mon PC
» Prêtre Jean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les serviteurs du prince Kaldrass :: Section RP :: Chambre des écrivains-
Sauter vers: